3.05 – Alimentation du moteur et des fonctions auxiliaires par le décodeur DCC (Digital Command Control)

Cette page ne contient que la liste des têtes de paragraphes. Vous pouvez obtenir le texte complet de cette section au format « *.PDF » avec le bon de commande du chapitre III, dans la rubrique « COMMANDES ».

CHAPITRE III – COMMENT FONCTIONNE LE NUMÉRIQUE DCC

La façon de conduire le fonctionnement du moteur par le décodeur DCC  est ignorée par les Standards de la NMRA. C’est le fabricant qui détermine comment son décodeur fait tourner le moteur. La plupart des décodeurs alimentent le moteur avec une forme d’onde MLI (modulation de largeur d’impulsion) ou PWM (Pulse Width Modulation) en anglais. Ce sont des impulsions de tension maximum dont on fait varier la largeur pour faire croître ou diminuer la vitesse. C’est une forme d’onde simple, efficace et facile à générer dans un décodeur dont la taille doit être la plus petite possible.

3.5.1 – Les différences entre le numérique et l’analogique vues depuis le moteur

3.5.2 – La tension du signal de voie est-elle directement utilisable par la machine ?

3.5.3 – Comment transformer le courant alternatif en courant continu ?

3.5.4 – Définitions : de la fréquence, de la période et du hertz

3.5.5 – La technique de la MLI (modulation de largeur d’impulsions) ou de la PWM (Pulse Width Modulation)

3.5.6 – La différence entre le courant continu et le courant haché

3.5.7 – Le pont en « H » pour faire tourner le moteur

3.5.7 1 – Le mode de fonctionnement du pont en « H »

3.5.7.2 – L’alimentation du moteur par le pont en « H »

3.5.8 – La variation de la vitesse du moteur

3.5.9 – L’inversion du sens de marche

3.5.10 – L’alimentation des fonctions auxiliaires de la machine

3.5.11 – Pourquoi une machine numérisée roule-t-elle moins vite en courant continu qu’en DCC ?

INDEX

Retour à la maison.

Neuf pages au format A4.

17 dessins.

Mise à jour le 28/11/2018.