3.10 – Les adresses des décodeurs DCC embarqués : CV1, CV17 et CV18 (Digital Command Control)

Cette page ne contient que la liste des têtes de paragraphes. Vous pouvez obtenir le texte complet de cette section au format « *.PDF » avec le bon de commande du chapitre III, dans la rubrique « COMMANDES ».

Un clic sur les mots surlignés en rose ci dessous renvoie vers la section où le sujet est traité complètement.

CHAPITRE III – COMMENT FONCTIONNE LE NUMERIQUE DCC 

Adresse : l’adresse est le numéro qui identifie le décodeur. C’est le code d’identification numérique par lequel le décodeur reconnaît les commandes qui lui sont adressées spécifiquement. L’adresse est également l’identifiant d’émission d’un transpondeur.

L’adresse du décodeur DCC (Digital Command Control) est l’équivalent l’adresse de votre logement qui permet au préposé de mettre les lettres vous concernant dans votre boîte aux lettres, et pas celle de votre voisin (quoique !).

Vous avez remarqué en lisant le mode d’emploi des décodeurs embarqués, qu’il existe deux possibilités de donner une adresse à un décodeur :

  • une adresse courte, dite sur deux chiffres (two digits)
  • une adresse longue, dite sur quatre chiffres (four digits).Certains décodeurs multifonction offrent une troisième option pour les compositions d’engins de traction en unité multiple (UM) : l’adresse est sur deux ou trois chiffres (Voir la section 3.13 du présent chapitre).

Il parait évident que chaque décodeur[1] sur un réseau doit avoir une adresse différente. Sinon, les locomotives portant la même adresse réagiront ensemble aux commandes.

Nous allons voir tout d’abord deux cas particuliers d’adresses non accessibles au modéliste, réservés au fonctionnement du système numérique. Puis nous étudierons les types d’adresse pour les décodeurs embarqués. Les décodeurs d’accessoires sont traités dans les sections 3.32 et 3.33 du présent chapitre.

3.10.1 – Les partitions de l’octet d’adresse du paquet de base

3.10.2 – L’adresse zéro dans le paquet de base pour la diffusion générale

3.10.3 – L’adresse 255 pour le paquet de données inactif (idle packet)

3.10.4 – Quel nombre choisir pour l’adresse d’une locomotive ?

3.10.5 – De l’utilisation de l’adresse du décodeur

3.10.6 – Adresse courte du décodeur embarqué

3.10.7 – A quoi sert une adresse longue ?

3.10.8 – L’adresse longue du décodeur embarqué

3.10.9 – Calcul de la valeur pour les variables complexes CV#17 et 18

3.10.10 – Calcul manuel des CV#17 et 18

3.10.11 – La calculatrice Windows vient vous aider

3.10.12 – Un petit tour par le CV#29

3.10.13 – Retour de l’adresse longue à l’adresse courte

3.10.14 – L’adresse « zéro » en « mode exploitation » pour les décodeurs multifonction

3.10.15 – Adresse « zéro » pour les locomotives en service c’est-à-dire en mode exploitation

3.10.16 – L’adresse courte zéro en « mode service » n’existe pas

3.10.17 – Programmes de calcul disponibles sur Internet pour les CV#17 et 18

3.10.17.1 – Le petit cadeau d’ESPACERAILS

3.10.17.2 – Sur le site Le train digital

3.10.17.3 – Sur le site de Bernard Rupp

3.10.17.4 – Sur le site OpenDCC

3.10.17.5 – Sur le site The POWS

3.10.17.6 – Sur le site cppfrance

3.10.18 – Adressage par alias troster

3.10.19 – Repérage de l’adresse du décodeur sous la locomotive

3.10.20 – Accès aux valeurs des CV supérieures à 99 avec une Lokmaus-2 de ROCO

3.10.21 – Pauvre mémoire humaine ?

3.10.22 – TABLE DE CONVERSION : DÉCIMAL – HEXADECIMAL – BINAIRE

INDEX

Retour à la maison.

13 pages au format A4.

Une photo.

Un dessin et une copie d’écran.

Mise à jour : 28/11/2018

[1] Sauf pour les machines en unité multiple.